Semis #11

Comme l’an dernier à la même période, les premières neiges sont arrivées fin octobre. Elles avaient tapi nos semis d’automne et commencent à fondre et à s’écouler sur les versants de l’Obiou. Cet orge semé fin septembre sur le climat « Vulson » profite de la douceur passagère de la saison pour se développer.

Le vert tendre des semis s'éveil, avec les couleurs de l'automne, bien installé, et l’hiver qui s'invite sur l’Obiou.

Le vert tendre des semis s’éveil, avec les couleurs de l’automne, bien installé, et l’hiver qui s’invite sur l’Obiou.

Notre orge profite d'un redoux éphémère pour sortir de terre.

Notre orge profite d’un redoux éphémère pour sortir de terre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pendant que le tout croît, Elie veille sur le remplissage du malteur au Domaine:
20171019_095132

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans CULTURE, PROCESS | Laisser un commentaire

Les choses vont vers le Pyr

Comme certains d’entre vous le savent déjà, la pyrale du buis envahi la France depuis 2007. Originaire d’Asie, ce papillon de nuit est un dommage collatéral de la mondialisation. Introduit par erreur en Allemagne dans les années 2000, il s’est développé de manière exponentielle dans nos contrées.

Quel est le problème ?

Au stade de chenille, la pyrale se nourrit exclusivement de feuilles de buis, causant de grave dégâts dans la population européenne de buis. Elle constitue une vraie menace pour la biodiversité et l’équilibre environnemental de nos campagnes.
Sauvé jusqu’à présent, le Trièves, terre de glace et d’altitude, avait réussi à repousser la pyrale qui se complaît dans les régions chaudes. Ceci est révolu !
Ces dernières années et plus particulièrement cet été, les températures de nos montagnes ont changées, nous laissant une certitude : le réchauffement climatique est bien là. Des amplitudes thermiques de plus de 15°C en une journée, qui changent nos paysages, mais qui laissent surtout une porte ouverte aux autres espèces animales et végétales habituées aux climats plus chaud. C’est le cas de la Pyrale.
Le 17 Aout 2018, au col Accarias, des nuées de pyrales se sont attaquées aux buis centenaires du parc du domaine.

Que peut-on faire ?

N’ayant aucun prédateur naturel, et avec une prolifération rapide et soutenue, il est extrêmement difficile d’endiguer son développement.
La méthode naturelle, en enlevant manuellement les chenilles sur les feuilles de buis ou au jet d’eau, reste la plus efficace, mais uniquement envisageable pour de petites populations de buis.
Des solutions, chimiques, radicales, comme les pyréthrinoïdes (perturbateurs endocriniens et mortels pour les abeilles), ou le diflubenzuron (insecticide létal pour les invertébrés d’eau douce et s’accumulant dans l’organisme des poissons) existent, mais ne font que solutionner le problème par d’autres, peut-être pire encore…
Seule approche « écologique » d’envergure, l’utilisation d’une bactérie (Bacillus Thuringiensis), qui, une fois pulvérisée sur les feuilles de buis et ingérée par les chenilles, empêchera la pyrale de grandir.

Toutefois, ces actions sont insuffisantes pour une population de buis dense comme nous avons dans nos montagnes. Ces changements sont les témoins du réchauffement climatique qui aura des conséquences bien plus néfastes que ceux-ci. Quel sera donc le prochain cap et quels dangers devra-t-il représenter pour enfin réagir de façon globale ?
Si cette bataille pouvait se perdre, elle n’est qu’un front parmi tant d’autres pour agir tous et chacun à notre échelle.

Pour en savoir plus sur la pyrale :

http://agriculture.gouv.fr/tout-savoir-sur-la-pyrale-du-buis

http://agriculture.gouv.fr/dommages-occasionnes-par-la-pyrale-du-buis

https://www.insectes-net.fr/pyrale/pyrale1.htm

http://soc.als.entomo.free.fr/pyrale_du_buis.html

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans CULTURE | Laisser un commentaire

WOSKA – Eau de vie de seigle – 50cl 43%

>> Retour Boutique

woska
WOSKA

Certifié AB

Eau de vie de seigle obtenue par triple distillations à feu nu (Wash still de 24hl, Spirit still de 7hl).
Sans filtration à froid ni additif.
50cl – 43 % VOL.

Mise en bouteille : 2018
Nombre de bouteilles : 1089

Woska est une réédition de l’un des premiers spiritueux emblématiques du domaine. Nous souhaitions au travers de cette eau de vie révéler toute la typicité aromatique du Seigle, sous sa forme la plus pure.

Conseil dégustation : à boire sec, en cocktail ou sur glace pilée.
Notes de dégustation :

COULEUR : Incolore

NEZ : D’abord fumé, rappel le mezcal, il évolue sur des aspects plus terriens, racinaires pour finir sur des notes plus sèches et épicées.

BOUCHE : L’attaque est très soyeuse et enveloppante, laisse place à une sensation de douceur, de lait d’amande, pour aboutir sur la céréale fraîchement maltée.

FINALE : La bouche persiste et rappelle les moissons dorées au soleil, le foin coupé, elle s’évapore lentement sur la réglisse et une discrète amertume.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans PRODUITS, Uncategorized | Laisser un commentaire

Du Whisky chez les chefs

Un grand merci a Pierrick Jégu et Olivier Roux du magazine Yam qui ont suivi il y a quelques semaines notre quotidien pour capter l’essence du Domaine des Hautes Glaces. Voici leur article :

Télécharger (PDF, 1.93MB)

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans REVUE DE PRESSE | Laisser un commentaire

Clap de fin de nos moissons

C’est ainsi que s’achève notre moisson 2018, ici, les seigles de notre climat Vulson ont résisté aux multiples orages qui ont frappé nos montagnes. Ils sont maintenant prêts à rentrer en dormance jusqu’au début de l’hiver où ils pourront être maltés.

 

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans PROCESS | Laisser un commentaire

Pas de cadeaux pour notre dixième moissons

La moisson 2018 ne nous aura pas épargnée ; le climat a rendu son verdict, et nos orges n’ont pas apprécié les pluies incessantes du printemps et la sécheresse soudaine et irréductible de ce début d’été. Résultat : une moisson pauvre, des grains petits, mais qui sait, un millésime exceptionnel pour nos whisky ?

Dixième moissons d'orge sur le climat Andrieu

Dixième moissons d’orge sur le climat Andrieu

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans PROCESS, Uncategorized | Laisser un commentaire

FLAVIS – CLIMATIC MALT WHISKY (Fût 52)

>> Retour Boutique

whisky-bio-flavisFLAVIS – Single Malt Organic Whisky

Certifié AB
Moisson 2010, Climat Andrieu
1 Batchs de 600kg de malt d’orge
Double distillations à feu nu réalisées en Octobre 2011 (Wash still de 24hl, Spirit still de 7hl)
79 mois élevage intégral en roux de Vin Jaune. Embouteillé sans filtration à froid ni additif.

La couleur de Flavis est naturelle
70cl – 56 % VOL.
Mise en bouteille : 06/2018
273 bouteilles numérotées
.

Conseil dégustation : à boire chambré
Notes de dégustation :
COULEUR : or cuivré
NEZ : Charmeur. Il s’exprime d’abord par des notes pâtissières (tatin d’abricot), de caramel et de riz soufflé, puis nous pénétrons dans un sous bois, au printemps, baigné de lumière et de senteurs florales.
BOUCHE : riche, huileuse et velouté. Notes de beurre, de fruits secs (noisette, cajou), d’agrumes confits (citron, orange). De l’épices aussi (moutarde ?)
FINALE : Alors que le liquide réchauffe la poitrine, la finale part sur le chocolat noir, le sésame grillée et le gingembre. Elle se prolonge avec une pointe d’amertume, et de sous bois automnale cette fois-ci. le fond de verre rappelle l’armoire de la grand mère et le brou de noix.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans PRODUITS | Laisser un commentaire

Labour d’hiver et Semis de printemps

Entre le gel du printemps dernier et la sécheresse cet été, les fruits ont été rares cette année dans le Trièves. Au grand dam de nos papilles d’abord, mais aussi des sangliers et autres cervidés qui s’en nourrissent généralement tout l’hiver. Ils sont tous donc sortis du bois et se sont donnés rendez-vous dans nos champs à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent, labourant au passage nos semis traditionnels d’automne. c’est donc reparti pour l’emblave.

Semis de printemps pour le Domaine des Hautes Glaces

Vue de notre parcelle face à l’Obiou, au Grand ferrand et au Menil pendant le semis

une très rare scène au domaine que ce semis de printemps, contraint et forcé !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans CULTURE | Laisser un commentaire

C’est le printemps

… mais pas moyen d’entrer dans les champs pour travailler le sol. En guise d’oeufs, ce Week-end de Pâques nous a apporté de beaux et gros flocons.

paqueenneige2

 

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans CULTURE | Laisser un commentaire

La dépression de Gros DéDé

Est-ce l’hiver trop long ou les 7 ans de bons et loyaux services. Ce matin Notre alambic de 25hl (dit « gros dédé ») s’est mis en dépression. Un collapse profond, qui pourrait être irréversible.

IMG_2863

 

 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Posté dans EVENEMENT | Laisser un commentaire