Bruit de chais


Les grands froids sont toujours un bon prétexte pour visiter ses chais, goûter le temps qui passe, et planifier les prochains embouteillages…
Sur nos terres travaillées en bio, nous pratiquons le principe de la rotation culturale : d’années en années les cultures implantées sur une parcelle changent afin de ne pas épuiser nos sols, de leur laisser le temps de vivre. Ainsi cultivons-nous alternativement différentes variétés de céréales, de l’orge (bien sûr), mais aussi du seigle et dans une moindre mesure, du grand épeautre. Les champs deviennent ensuite prairies et se reposent plusieurs années avant d’être de nouveau ensemencés.
Tout ça pour dire qu’il y a dans nos fûts des single malt issus d’orge (évidemment) mais aussi de seigle, et de grand épeautre.

Nous avons commencé à élever une partie de nos eaux de vie issues du seigle d’une manière quasiment identique à celle que nous utilisons pour L10, et à la dégustation, l’expérience est troublante ; sur une trame ainsi proche de L10, c’est l’identité et le caractère propre du seigle qui nous apparaît : épicé, terreux, viril.
Nous nous sommes dit qu’il serait agréable de partager ceci avec vous, et en parallèle de L10 (ou en comparaison), de mettre en bouteille une nouvelle série de « whisky en devenir ». Cette série devrait commencer pour le premier embouteillage (#01) avec un new spirit de 1 an d’âge, et finira d’ici 3 ans par un whisky de seigle.
Après L10, vous devriez donc découvrir au printemps un second New Organic Spirit, S11 (pour Seigle de la moisson 2011).

Crédit photo : Nicholas Sirkoski

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
Cet article a été posté dans CULTURE, NEW ORGANIC SPIRIT, PROCESS. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire